Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
segolin183

segolin183

Mi-ange mi-démon

Publié le par nesci marc
Publié dans : #poesie

"Muscle ton je" m'a dit le poète

Je l'ai pris au pied de l'esthète

Sans jamais dire son nom

 

Il est à l'oasis et fait la fête

Aux mots,phrases et épithètes

Je me suis fait une raison

 

Avec ces mascottes silhouettes

Nous viennent des rimes à tue-tête

Avec le coeur mais non sans passion

 

De temps en temps une suffragette

Qui fait partie de cette planète

Nous donne un peu d'affection

 

Il est vrai et c'est chouette

D'avoir une gentille amourette

Virtuelle en libre allusion

 

Comme disait la libertine Colette

En parlant des Claudine coquette

L'amour flirte souvent avec la déraison!

 

Et quelles que soient mes phrases désuètes

Mes mots s'enlaceront jusqu'à la quête

D'une poesie en floraison!

 

Marc Nesci (le 28 Octobre 2015)

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par nesci marc
Publié dans : #poesie

Ecrire

Ecrire, pourquoi écrire, pourquoi gratter
Avec la plume le papier sans s’arrêter
Noircir la feuille encore, mais à quoi sert d’écrire
Quand la pensée s’enfuit et n’a plus rien à dire.

Ecrire de beaux vers d’une forme parfaite,
Métrique et perfection sont alors à la fête.
Mais la forme est–elle suffisante au bonheur
Quand l’écrit sec et dur dit l’absence de cœur ?

Ecrire d’un seul jet, comme cela vous pousse,
Les mots pétillants, comme la bière monte en mousse.
Poèmes d’un instant, qu’on ne peut reproduire,
Souvent très imparfaits, mais qui savent séduire.

Ecrire ses amours dans leurs joies et leurs peines,
En sanglots déchirants que l’autre lit à peine,
Qui n’apporteront rien de mieux qu’entretenir
Des regrets perçants et de tristes souvenirs.

Ecrire la nature en mots très perfectibles,
Pour rendre sa magie souvent indescriptible,
En phrase trop fadasses et trop édulcorées
Pour nous restituer ses moires colorées.

Ecrire le social, la misère et la faim,
Et les conflits mortels dont on ne voit la fin,
Où la haine de l’homme et sa folie, en maîtres
Règnent et semblent vouloir nous faire disparaître.

Quand tout cela sera écrit, sera gravé,
Les esprits matériels, les âmes dépravées
Les gens d’économie, de pouvoir et d’argent
Diront : « A quoi sert la poésie ? » doctement.

« Et bien, Messieurs, si poésie est éternelle,
Si elle a survécu aux guerres et querelles,
C’est qu’elle sait apporter à ceux qui la lisent
Le rêve que la plupart d’entre vous méprisent ».

« Entrez à l’Oasis, et venez découvrir
Comment on peut aimer, comment on peut souffrir,
Comment, loin de toute gloire et modestement,
Nous appelons un monde meilleur, simplement. »

Un grand chagrin d’amour, écrit avec le cœur,
Résonnera pour ceux qui vivent ce malheur.
Une belle passion sera un beau soleil

A ceux qui auront pu en connaître un pareil.

Pauvreté et misère appellent à nos devoirs
D’ouvrir les yeux autour de nous,et enfin,voir.

La nature décrite en sa fraîche beauté
Nous apporte évasion et puis sérénité.

Le poète qu’on veut ignorer, qu’on méprise
Nous livre ce sur quoi pouvoir, argent, n’ont prise,
Un rayon de printemps, un peu de vraie tendresse,
Une pensée pour ceux qui souffrent ou qu’on agresse.

Et parfois, au hasard des pages et des mots,
Un texte saute aux yeux, il nous semble si beau,
Nous parlant très profond, qu’il nous incite à dire :
« Ah, ce poème là, j’aurais aimé l’écrire .»

Le 23 août 2006
------------------------------

Voir les commentaires

Publié le par nesci marc
Publié dans : #poesie

"Tu peux trébucher sur une pierre et gravir une montagne"

 

D'abord tu photographies le moment

Un peu d'humour tu prelèves

C'est indispensable.....

 

Tu te munis d'un sentiment

Du genre qui énerve

Ta vie detestable

 

Et ce grave accident

Qui laisse sur la grève

Tant d'impondérable

 

Tu te bats contre le temps

En achetant de la verve

Non négociable

 

Tu réapprends à marcher lentement

Contre l'injustice tu t'elèves

Maudissant Dieux et diables

 

Que la vie t'a envoyé par instant

Comme l'arbre qui perd sa sève

Et meurt en troncs sciables

 

Prends ton bâton de pelerin d'antan

De bonnes chaussures qui crèvent

Comme Moïse vise la redoutable

 

Montagne pour être juste le gagnant

Et continuer à vivre ton rêve

Pour rester aimable

 

Au sommet comme à son pied tremblant!

 

Marc Nesci (le 24 Octobre 2015)

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par nesci marc
Publié dans : #poesie

J'ai rêvé

A Samira l'Afghane fière

A Nur joli syrienne aux yeux verts

 

J'ai rêvé

A Abram le yazidi sorti de l'enfer

Au magnifique pays d'Irak à découvert

 

J'ai rêvé

A cette belle humanité ,aux hivers

Que les hommes transforment en désert

 

Mais ce n'était qu'un rêve de poesie

J'ai trop lu Senghor

Khalil Gibran

Victor Hugo

Prévert

Coelho

Kipling.....

 

Et j'en ai encore d'autre à lire ,ceux qui sur le site ,poètes et poètesses d'aujourd'hui font de belles phrases en rimes:

Cousus de fil d'or

Tercets diamant

Sublimes mots

Styles divers

En joyaux

Pour une "poetry de King"

 

 

 

Marc Nesci (le 23 Octobre 2015)

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par nesci marc
Publié dans : #poesie

C'est votre charme indéfini

A vous les maîtresses du sac à main

 

Le rayon beauté enfermé dans un étui

Rouge,ricils,crayon,poudre pour le teint

 

Des secrets ,un portable qui s'enfuit

Une eau de toilette de Guerlain

 

Le trousseau à clefs du midi

La monnaie pour la demi-baguette de pain

 

Un tube de coupe-appetit

Ou comme vous preferez de coupe-faim

 

C'est le sac chicos des belles de Paris

Mais je prefère celui des femmes de bien

 

Le sac plein de bonté qui se soucie

Avant toute chose de l'humain

 

Qui porte sa monnaie comme un fusil

Pour les nécessiteux ,comme pour les voisins

 

Il n'est pas tout neuf,il respire la vie

Tout au fond des bonbons pour les gamins

 

En cuir véritable ou plutôt en simili

Je pense pour question de moyens

 

Ce sac ,sincèrement,je vous l'envie

Il represente la tendresse de vos mains

 

Je vous vois au marché tous les jeudi

Vous êtes les femmes du sac à Men!

 

Marc Nesci (le 22 Octobre 2015)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par nesci marc
Publié dans : #poesie

Je vous aime

Au delà du poeme

 

Je vous aime

Bien avant le thème

 

Je vous aime

Même à la bohème

 

Et ce modeste poème

Dont l'amour est le thème

Me rappelle toutes ces bohèmes

 

B ourrées d'incertitude

O n crevait d'habitude

H istoires de solitude

E nvies de béatitude

M ais sans servitude

E n amour interlude

S ymbole d'infinitude

 

Oui je vous aime

Et sans anathème

 

Marc Nesci (un jour sur la terre)

 

 

Voir les commentaires

Publié le par nesci marc
Publié dans : #poesie

Mémé Jeanne tu es partie

Il y a plus de dix ans

Au delà des nuages....

 

Mais tu es toujours la

Prés de moi

 

Comme quand j'étais petit

Tu me protèges tant

Caressant mon visage

 

La douceur de tes bras

Et cet aura

 

Qui a toujours suivi

Mes premiers pas en guidant

L'enfant en bas âge

 

Moi le petit Niçois

Si grand dejà

 

Victime d'une hémiplegie

Larmes à ton coeur blessant

La femme courage à ton image

 

Quand le temps se fera

Aux derniers frimas

 

J'irai rejoindre ta poésie

Et la tendresse de ton sang

Pour mon dernier voyage

 

A jeanne S ,ma seconde maman

Marc Nesci (le 14 Octobre 2015)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par nesci marc
Publié dans : #POESIE

Le sentiment d'amour

Je le ressens ,c'est étrange

Caché derrière des mots

 

Poindre à la beauté du jour

Sous la forme d'un ange

Ou d'un avatar photo

 

Qui sommes nous!

Des poétes Diabolo menthe

Se réfugiant derrière les rimes

 

Par manque de glamour

Quinqua-vision qui dérange

L'histoire des hetéros

 

Ce sentiment d'amour

Si désuet qu'il arrange

Même les mariages faux

 

Qui sommes nous!

Des affamés qui s'inventent

Des passions ultimes

 

Mais le sentiment d'amour

Je le désire avant qu'il ne change

Celui qui écrit ,un tendre et sincère Marco

 

Marc Nesci (le 13 Octobre 2015)

 

Voir les commentaires

Publié le par nesci marc
Publié dans : #poesie d'humour

Que nenni

Ils ne veulent pas que je meure

Dans les cieux ,ici bas ou en chanson

Car de la race des incorrects je suis

Vous savez d'ethnie blanche un peu "bronzato"

 

Que nenni

Tous mes aieux d'Italie demeurent

De la Calabre aux plaines du Piemont

Bonimenteurs de comédie et autre mafiosi

Qu'on a chantés avec une bouteille de chianti

 

Que nenni

Je vous avais deja parlé à une autre heure

De la démarche chaloupée du fanfaron Maccione

Qui fait toujours cuire "al dente " les spaghettis

Mais j'avais oublié le maccaroni de Rocco Siffredi....

 

Que nenni

Avant que l'ombre de la mort ne me fasse peur

J'aimerai faire encore faire quelque peu le trublion

Dans un bouquin ,un essai de philosophie ,une poesie

J'aimerai partir heureux d'avoir été votre "bel ami"

 

Marc Nesci (le 12 Octobre 2015)

 

 

Voir les commentaires

Publié le par nesci marc
Publié dans : #poesie

Mister Green a le spleen

Et délire de l'aube de Rimbaud

Artemis attend son Myrtho

Clotilde son Olympio

 

Sous l'extase des Djinns

Salomé mal aimée des mots

Les misérables ont leur Hugo

Comme la liberté ses héros

 

Les académiques leur Alexandrin

Les citations de Paulo Coehlo

La bohème son Francis Carco

Les oeuvres leur Rousseau

 

Le roi Lear son chat qui expire à la fin

Comme Juliette pour son Romeo

La cuture à son Malraux

Camus son Orfeu negro

 

Marc Nesci (le 11 octobre 2015)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

1 2 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog