Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
segolin183

segolin183

Mi-ange mi-démon

Publié le par nesci marc
Publié dans : #poesie

Quand je suis né

L'étoile du Berger

M'a laissé sur la route

 

De Taureau en bélier

L'astre du temps dépassé

N'a fait qu'égrener mes doutes

 

Se vérifiant en astres pensées

Au fil du temps à passer

Entre les goutes.......

 

Mes amis ,ils ont même osé

Assassiner ma sublime baie

Laissant la promenade en soute

 

Quand je suis né......

Mon étoile désignée

N'était pas sous la voute

 

Céleste et toute ces destinées

Par accident s'étant croisées

Passant en un instant du in au out

 

Paralysant ma volonté

Ma vie future et passée

Et quoiqu'il m'en coûte

 

Toujours je lutterais

Contre vents et marées

Je resterai "sempre" à l'écoute!

 

Pendant l'Uvéite à Gui de Chauliac (fait du dictaphone de mon portable durant l'hospitalisation un jour d'Octobre 2016 ,année horibilis)

Marc Nesci

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

jean Claude Mazaud 30/10/2016 11:16

Le Mousquetaire et Elisabeth ont tout dit.
JC

Elisabeth 28/10/2016 16:30

Coucou Marco c'est Laurence qui m'avertit de ton dernier article et comme dit le mousquetaire ,il ne connaissait pas ce coté de ta personnalité que l'on connait un mec sensible grand et costaud et que je n'aurais jamais imaginé poéte quand on s'est connu au Tifanie's d'Avignon lors d'une sortie ou tous les biffins et cocoïs d’Istres avaient une Perm et draguaient toutes les jolies filles d'Arles Avignon et du coin ,ce texte est superbe authentique et sincère.
J'ai beaucoup aimé ta sensibilité
Laurent et moi on t'embrasse
Babou

Le Mousquetaire des Mots 26/10/2016 00:04

Dis--moi, on dirait que ta cécité virale n'a pas entamé ni ton style, ni ton envie de coucher les mots sur le papier. Pas mal du tout. Comme quoi, un dictaphone, c'est non seulement pratique, mais indispensable quand on ne peut voir ce que l'on fait. Chapeau : c'est aussi réussi que d'habitude. (Et peut-être mieux puisque tu abordes là quelque chose de très différent de ce dont tu nous régales habituellement). Eh oui, on découvre un autre aspect de ta personnalité : tu as, le temps de ce poème, oublié l'éternel Don Juan, l'amoureux à la fois transi et enflammé. Avec, en filigrane, un être sensible à tout ce qui touche à la vie, fut-elle celle de ta ville de naissance.

nesci marc 26/10/2016 11:18

Et encore accroche-toi ,le prochain est un cri de colère que j'ai en partie effectué du dictaphone et que j'ai fini sur le brouillon de mon blog et j'avertis les âmes (chrétiennes ) sensibles ça risque de ne pas plaire à tout le monde et merci pour le compliment!
Amitiés sincères
Marc

Articles récents

Hébergé par Overblog